découvrez cannes destination

FEU! CHATTERTON

Samedi 16 octobre 2021 - 20:00

Palais des Festivals et des Congrès - Grand Auditorium
Cannes Destination FEU HD1

BILLETTERIE

+33 (0)4 92 98 62 77

Du lundi au samedi de 10h à 18h et 1 heure avant chaque représentation sur le lieu du spectacle.

Pensez-y !
Découvrez le nouvel espace Pavillon Gourmet du Palais lors des spectacles. Alors qu’il vous est demandé d’arriver plus tôt pour les contrôles de sécurité, liez l’utile à l’agréable et offrez-vous un moment de gourmandise et de plaisir avec le comptoir du Pavillon Gourmet ! Vous profiterez d’un rafraichissement ou de l’une de nos ardoises salées* dans un lieu convivial.
* Selon les configurations du spectacle.

- Musique

Présentation

Arthur Teboul, Chant
Clément Doumic Guitare, clavier
Sébastien Wolf Guitare, clavier
Antoine Wilson Basse, clavier
Raphaël De Pressigny Batterie

Après deux disques d’or et deux nominations aux Victoires de la musique, Feu! Chatterton est de retour avec son nouvel album : Palais d’argile, grandiose fresque cyberpunk pour les temps confinés, pamphlet adressé à la start-up nation obsédée par le progrès et ode lumineuse à la Nature et à la transcendance. Sur Palais d’argile, troisième acte du cadavre exquis, les Feu! portent un regard critique, parfois désabusé mais toujours avec humour, sur ce monde connecté qui nous entoure. Ils nous embarquent dans une odyssée moderne où les navigateurs ne sont plus ceux qu’ils devraient être : « Mange un cookie, les navigateurs sont à la fenêtre ! Fais-leur coucou… ».

Ce nouveau disque est né dans un premier temps d’un impératif de création d’un spectacle atypique et pensé comme une pièce de théâtre : découpage en actes, une mise en scène, des comédiens… Parallèlement, le groupe travaille pour le film de Noémie Lvovsky, La Grande Magie, comédie musicale (à venir) dont il signe toutes les chansons. Cette manière nouvelle de composer, pour des acteurs et des actrices, a tout de suite fait écho à leur ambition théâtrale. Hélas, le spectacle est annulé́ pour cause de confinement, mais les chansons, elles, restent. Elles constituent aujourd’hui les fondations du Palais d’Argile.
Des questionnements qui trouvent écho dans le monde de 2020 : l’album souligne le besoin de sacré, de mystique, de repères, dans une période où tout s’effondre. « On ne l’a pas fait exprès, mais c’est vrai que l’album répond à l’époque, à la pandémie, à la peur… C’était dans l’air, bien avant le virus. Et les chansons nous devancent toujours un peu. »

Arnaud Rebotini à la réalisation
C’est en juillet 2020, au studio ICP de Bruxelles, que sont enregistrées les chansons. Boris Wilsdorf, ingénieur du son du groupe culte berlinois Einstürzende Neubauten, est à la manœuvre, sous la supervision d’Arnaud Rebotini, grand nom de la scène électronique française et producteur césarisé pour la bande originale du film 120 battements par minute.


Première Partie : MATHILDA
Il est des voix – elles sont rares – dont on tombe instantanément amoureux·se. Celle de Mathilda, d’une nonchalance vaguement désabusée, faussement boudeuse, a une profondeur de champ inédite qui nous fait basculer dans un monde frémissant et sensuel dont elle seule possède les secrets. Avec Mathilda, aussi à l’aise dans les graves frissonnants que dans les aigus aériens, le chant se fait poème, prière, sortilège. C’est cette incarnation vocale tout en mystère et en féminité qui avait bouleversé Christophe, la première fois qu’il l’a entendue. S’en était alors suivi une collaboration artistique intense de trois ans entre l’icône à la voix de soie froissée, infatigable chercheur de sons, et Mathilda. Mieux qu’une collaboration, une amitié profonde, soldée par un duo, « Océan d’amour », sur le deuxième album de duos de Christophe - et ultime opus.
Pour habiller la voix langoureuse de la chanteuse sur les cinq titres de son premier EP à venir, il fallait des musiques à la hauteur : amples et cinématographiques, tout en contrastes vertigineux, ombre et lumière mêlées, entre trip-hop et chant d’opéra, lyriques envolées de violons à la Angelo Badalamenti et vibrato de guitare à la « Bang Bang ». Chaque titre est un petit film à lui tout seul. Car l’amour du cinéma est dans l’ADN de Mathilda, qui a passé une partie de son enfance à Cannes. La chanteuse et musicienne y a puisé un imaginaire fantasque et glamour ; à l’image de ces actrices italiennes d’autrefois, comme Sophia Loren ou Claudia Cardinale, femmes à la beauté incendiaire dont elle a tout naturellement adopté l’hyperféminité toute méditerranéenne, au diapason de ses origines italiennes, espagnoles et marocaines. Enigmatique et fatale, vénéneuse et mystique, Mathilda leur ressemble et nous fascine. Florence Tredez Elle

DURÉE ET TARIFS

Tarifs
Plein : 34€ / Réduit : 31€ / Abonné : 28€ / -26 ans : 25€ / Enfant -12 ans : 14 €

ABONNEZ-VOUS

6 spectacles à choisir en toute liberté pour bénéficier du tarif abonné !

Abonnez-vous

PRESSE

Tous les communiqués de presse

A découvrir sur le site du Palais des Festivals: